Qu’est ce que l’Aïd al-Adha ?

« Aid al adha » est appelé ainsi en référence à «al Oudhiya» (le sacrifice), car c’est au moment de « Douha » (lever du jour) le jour de l’aïd que débute son temps.

Et al Oudhiya est l’acte d’adoration que l’on accompli pour cette fête, c’est un acte de dévotion à l’Islam comme mentionné dans la parole d’Allah عز و جل (dans une traduction approchée) :

«Dis :”Ma prière, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l’univers.» [Sourate Les Bestiaux]

Quand a lieu l’Aïd al-Adha ?

La fête du sacrifice (Aïd al-Adha) est rattachée au pilier du pèlerinage et vient clôturer les dix premiers jour de Dhou-l-Hijja.

Le prophète صلى الله عليه وسلم a dit:

« Il n’y a pas de jours plus importants auprès d’Allah au cours desquels les œuvres sont les plus aimées de Lui, que durant ces jours »,( c’est à dire les dix jours). Ils (les compagnons) dirent : Ô Messager d’Allah, Même pas le djihad dans le sentier d’Allah ?!

Il dit: «Même pas le djihad , sauf un homme sortant risquant sa vie et ses biens, et ne revenant avec rien » [Sahîh Abou Daoud 2107]

Que faut-il faire le jour de l’Aïd al-Adha (Hors prière et sacrifice) ?

Se laver :

Il est confirmé d’après al firyabi dans « les règles des deux fêtes », d’après Nafi’ que Ibn ‘Omar « se lavait pour les deux fêtes »

Le mieux est d’effectuer le lavage après la prière du matin (Fajr) et avant de se rendre au lieu de prière.
Et il fut confirmé dans mousnad d’ al harith ibn abi oussama d’ après Ibn Ishaq qui dit :
« Je dis à Nafi’ « comment est ce que Ibn ‘Omar (radhia Allahou ‘anhou) célébre la prière du ‘aid ? »  Il répondit :

«Il s’acquittait de la prière du matin (Fajr) avec l’Imam puis il revenait chez lui et se lavait comme on effectue les ablutions majeures, ensuite, il mettait ses meilleurs habits , se parfumait avec le meilleur parfum qu’il possède et se rendait au lieu de prière.»

Et si la personne se lave avant la prière du matin à cause du manque de temps pour pouvoir arriver plus tôt au lieu de prière , il n’ y a pas de mal à cela chez les plupart des gens de science.

S’embellir par les plus beaux habits pour l’aïd :

Al Boukhari (948) et Mouslim (2068) rapportent d’ après ‘AbdAllah Ibn ‘Omar qui dit :«‘Omar Ibn Al Khattab (rahimahou Allah) trouva au marché un habit en brocart à la vente, il le prit et le donna au prophète (salla Allahou alayhi wa salam) en disant : «Prends cet habit et embellis toi en le portant pour l’aid et lors de l’accueil de délégations.» 

Pour la femme, elle sort au lieu de prière sans s’embellir (note du traducteur : c’ est à dire qu’elle met des habits ordinaires) ni se parfumer ,ni qu’elle découvre ses charmes et son visage car cela leur est interdit lorsqu’elles sortent.

Se parfumer :

L’ Imam Malik a dit :
« J’ai entendu les gens de science recommander le parfum pour chaque aïd. » 

Se rendre à la salle de prière de l’Aïd à pieds et de prendre un chemin à l’aller et un autre différent au retour :

Al-Boukhari a rapporté (986) selon Djabir Ibn Abdillah qui a dit :
« Le Prophète prenait deux chemins différents le jour de l’Aïd. » 

Lever les mains lors du takbir al-ihram (quand on dit Allahou Akbar au début de la prière) et dans le reste des takbir :

Abderrazaq a rapporté (3/297) selon Ibn Djarîh qui a dit :
 « J’ai dit à ’Ata : « Est-ce que l’imam lève ses mains à chaque fois qu’il dit Allahou Akbar dans les takbir supplémentaires de la prière de l’Aïd al fitr ? » Il répondit : « Oui, et les gens les lèvent aussi. » (Son isnad est authentique)

Les félicitations lors de l’Aïd :

Al-Hafidh Ibn Hadjar a dit dans Fath Al-Bari (2/446) :

« Il nous a été rapporté dans Al-Mouhamaliyâte avec un isnad bon, selon Djabir Ibn Nafîr qui a dit :
« Quand les compagnons du Messager d’Allah se rencontraient le jour de l’Aïd, ils disaient les uns aux autres : « Taqabalou llahou minâ wa minkum » 

Concernant la prière et le sacrifice de l’Aïd al-Adha.

Selon Barâ bin ‘Âzib, le prophète صلى الله عليه وسلم a dit:

«Certes la première chose par laquelle nous commençons durant ce jour, c’est la prière.

Puis nous revenons et nous égorgeons.

Et celui qui fait cela aura certes pratiqué notre sounnah.

Et celui qui égorge avant la prière, alors ce n’est que de la viande qu’il a apporté à sa famille et ce n’est en rien un sacrifice» [Al Boukhary 5545 / Mouslim 1961].

Et pour sa parole صلى الله عليه وسلم dans le hadith de Barâ bin ‘Âzib :

« Celui qui prie notre prière, puis sacrifie notre sacrifice aura certes réalisé le sacrifice (conforme). »

Et celui qui sacrifie avant la prière, il a certes précédé la prière et il n’y a pas de sacrifice pour lui » [Al Boukhary 955].

La prière de l’Aïd al-Adha :

Cheikh Al Islam Ibn Taymiya a dit concernant cette prière, comme cela est mentionné dans le majmou al fatawas :  « Elle fait parti des rites les plus important de l’Islam »

Le prophète (salla Allahou alayhi wa salam) et ses successeurs ont continué de la célébrer, et il n’a jamais été rapporté qu’elle fut délaissé à aucun moment.

Al Boukhari (962) et Mouslim (884) ont rapporté (l’énoncé étant de Mouslim) d’après Ibn ‘Abbas (radhia Allah ‘anhouma) qui a dit :

« J’ai assisté à la prière de la rupture du jeûne avec le prophète (salla Allahou alayhi wa salam) ainsi qu’avec Abou Bakr ,Omar et Othman » 

Et même , les femmes assistaient à cette prière : Al Boukhari (971) (l’ énoncé étant de lui) et Mouslim (890) ont rapporté d’ après Oum ‘Atiyâ (radhia Allah ‘anha) qui a dit : « Il nous été ordonné de sortir le jour de al ‘aid et de faire sortir les vierges cachées aux regards , ainsi que les femmes indisposées.
Ces dernières restaient en arrière, elles prononçaient le takbir avec le takbir des autres, invoquaient avec leurs invocations et espéraient la bénédiction de ce jour-là ainsi que sa pureté» 

Le sacrifice de l’Aïd al-Adha :

La majorité des savants sont qu’il s’agit d’une sounnah fortement recommandée, car le prophète صلى الله عليه وسلم était assidu dans sa pratique.

Cela est confirmé par sa parole:

« Celui qui a les moyens mais ne pratique pas al oudhiya qu’il ne s’approche pas de notre lieu de prière » [Sahîh al Djami’ 6490]. 

Abou Hanifa et Ahmed sont d’avis que cela est obligatoire, et c’est l’avis de cheikh al Islam Ibn Taymiya qui dit:

«Et concernant al Oudhiya, ce qui est apparent c’est son obligation. Et elle est certes parmi les plus important rites de l’Islam » [Madjmou’ al Fatâwa 23/162].  

L’avis mentionnant l’obligation de al Oudhiya est plus fort que celui mentionnant la non-obligation, à condition d’avoir la capacité de le réaliser.[Al moumti’ 7/422]

Et al Oudhiya ne sera pas valide si les conditions liées à son temps, son caractère et à sa nature ne sont pas remplies.

 

→ Le temps : 

Le prophète صلى الله عليه وسلم a dit:

« Celui qui a égorgé sa bête avant d’avoir prié, qu’il en égorge une autre à sa place. Et celui qui n’a pas égorgé jusqu’à ce que nous ayons prié qu’il égorge au nom d’Allah »  [ Al Boukhary 5500 / Mouslim 1960].

Le nombre de jours pour sacrifier est de quatre (le jour de l’îd et les trois jours de tachriq).

Mais le meilleur moment pour le sacrifice est le premier jour puisque le prophète صلى الله عليه وسلم a dit:

«Certes la première chose par laquelle nous commençons durant ce jour, c’est la prière. Puis nous revenons et nous égorgeons »[Boukhary 5545 / Mouslim 1961]

→ Sa nature : 

Al Oudhiya n’est valide qu’avec le sacrifice d’une bête de troupeau : Les camélidés (chameau…), les bovins (bœuf…), les ovins (moutons…), comme l’a affirmé Allah عز و جل (traduction rapprochée) :

{ Afin qu’ils prononcent le nom d’Allah sur la bête de chapelet qu’Il leur a attribué } [Sourate Le pèlerinage]

Quant à la majorité ils sont d’avis que le meilleur est le chameau, puis la vache, puis les ovins/caprins et enfin l’association de plusieurs personnes pour le sacrifice d’un chameau, d’une chamelle ou d’une vache.

→ Son âge : 

Il existe une divergence entre les savants du fiqh concernant l’age minimum des ovins: Certains disent qu’il s’agit de deux ans, mais l’avis le plus correct est lorsqu’elle atteint six mois.

L’âge minimum pour les caprins est de deux ans, pour les bovins de trois ans et pour les camélidés de cinq ans.

Le prophète صلى الله عليه وسلم a dit:

« Sacrifiez seulement un animal ayant atteint l’âge minimal à moins que cela ne soit difficile pour vous dans ce cas une bête plus âgé/adulte parmi les ovins » [Mouslim 1963].

→ Sa description : 

Ne sera pas accepté la bête aveugle, borgne, ni la bête malade, très maigre ou boiteuse car le prophète صلى الله عليه وسلم  :

« Quatre ne sont pas valable pour al Oudhiya : La bête borgne dont le caractère borgne est évident, la bête malade dont la maladie est évidente, la bête qui boite de façon évidente, et la bête excessivement maigre » [ Al Irwâ 1148]

→ S’associer dans le sacrifice : 

Il est autoriser de s’associer pour le sacrifice s’il s’agit d’un camélidé, d’un bovin, en séparant la vache ou le chameau entre sept personnes, avec l’intention de se rapprocher d’ Allah عز و جل.

Selon Djâbir bin ‘AbdiLlah (رضي الله عنه) :

« Nous avons sacrifiés l’année de al Houdaybiya avec le prophète صلى الله عليه وسلم un chameau pour sept et une vache pour sept »[Mouslim 1318]

Et pour conclure, nous conseillons à l’ensemble de nos frères de réaliser [leurs actes] avec sincérité, elle qui est la base de l’acceptation de l’oeuvre auprès d’Allah.

Et particulièrement dans cette adoration, ou beaucoup de musulmans, excepté ceux à qui Allah a fait miséricorde, ont détournés leurs intentions pour autres qu’Allah : Comme pour faire plaisir aux enfants ou se vanter devant les voisins.

Au point ou certains si ils ne peuvent pas acheter un bélier, ne voudront jamais sacrifier une chèvre alors qu’ils en ont les moyens,et cela à cause du regard des autres envers eux.

Ceci de par leurs ignorances.

Nous demandons à Allah qu’Il fasse que  nos œuvres soient sincères pour sa face.

Traduit par l’équipe Sounnah-Diffusion

 

Pour voir la Fatwa en entière : Al Oudhiya (Le sacrifice)

Laisser un commentaire